VIVIEZ : Rencontre-débat « Vers une économie et des territoires durables et désirables »

VIVIEZ – Salle de la Bastidie

Lundi 27 février 2017 à 20h30

Rencontre-débat

Vers une économie et des territoires durables et désirables

avec Philippe GAGNEBET

Philippe Gagnebet est journaliste, formateur, écrivain, auteur de deux récents ouvrages qui alimenteront le débat:

  • Résilience écologique : Loos en Gohelle ville « durable », récit sur cette ville dont le dynamique maire Jean-François Caron est membre d’EELV et président de la FEVE (Fédération des Elus Verts et Ecologistes)
  • Réinventer la ville : Les (r)évolutions de Darwin à Bordeaux, récit sur ce lieu alternatif créé il y a peu à Bordeaux.

C’est à partir de ces deux exemples qu’il connaît très bien que Philippe Gagnebet nous invitera à débattre le 27 février prochain à Viviez.

L’association qui organise cette rencontre-débat est l’ADEBA (Association pour la Défense Environnementale du Bassin et de ses Alentours) qui se bat contre le projet de création d’un centre de traitement et de stockage des déchets (SOLENA) sur des terrains qui viennent d’être récemment dépollués à grand frais (35 M€) par Umicore et qui se trouvent à moins de 300 mètres de Viviez-Bourg et à moins de 200 mètres d’une entreprise classée Seveso seuil bas.

EELV Aveyron est opposé à ce projet pour de multiples raisons :

  • La proximité de nombreuses habitations et d’entreprises vulnérables
  • Un projet excentré par rapport à l’Aveyron et éloigné des principaux lieux de production des déchets du département (Rodez et Millau)
  • Le danger de voir arriver avec cette entreprise privée les déchets du Lot, du Cantal, voire d’autres classes de déchets (industriels, dangereux…)
  • Le choix d’une entreprise privée pour traiter les déchets, entreprise privée qui voudra toujours plus de déchets, donc impossibilité de réduire la production de déchets.
  • Le rejet par le département et le SYDOM du projet concurrent qui était la création d’une SEM avec TRIFYL (syndicat du Tarn), l’Agglo du Grand Albi et la Caisse des dépôts et Consignation. Ce projet avait le mérite d’être un projet public et était surtout plus vertueux car il ne mettait que 25% des déchets en bioréacteur au lieu de 50% pour Solena.

Le journal alternatif aveyronnais L’Empaillé consacre quatre pages au projet Solena dans son dernier numéro (N°3).

Plus de détail sur : https://www.facebook.com/nonauprojetsolena/
Pétition à signer sur : http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/projet-solena-viviez-aux-alternatives/26103

——————————————————–

Au delà de la simple opposition au projet de Séché et de Sévigné, L’ADEBA veut également proposer des alternatives à ce projet.

L’ADEBA propose d’abord des alternatives techniques sur le thème des déchets, comment en produire moins et en recycler beaucoup plus.

Ce sera notamment l’objet d’une rencontre-débat avec l’association nationale Zéro Waste en prologue à une soirée festive que nous organiserons en partenariat avec Mescladis à Viviez le 20 mai prochain.

L’ADEBA ouvrira également le débat sur les alternatives économiques et sociétales que notre territoire devrait engager. C’est l’objet de cette rencontre-débat du 27 février.

Si l’industrie doit continuer à se développer sur le Bassin notamment avec la Mécanic Vallée, nous ne devons pas ignorer d’autres formes de travail et d’activités qui révolutionnent un peu nos manières d’appréhender l’économie. Cette nouvelle économie se veut plus solidaire, plus écologique et plus conviviale. De nouveaux lieux voués à cette économie se développent un peu partout en France, dans les grande villes d’abord, mais les petites villes et les campagnes de notre région et de notre département ne sont plus en reste. Appelés tiers lieux numériques, espaces de coworking, fablabs… tous ces lieux créent de l’innovation technique, des emplois pérennes et de nouveaux rapports sociaux et humains forts. Ce sont souvent des initiatives portées par des associations ou par des entrepreneurs qui ont envie de travailler ensemble et travailler autrement. Cela touche divers secteurs : numérique, énergies renouvelables, recyclage, services, associatif…

Mais ce sont aussi des collectivités et des élus qui décident d’impliquer leur commune dans cette nouvelle économie et cette nouvelle vision d’appréhender notre société dans son ensemble.

Jean-Louis Calmettes

5 commentaires pour “VIVIEZ : Rencontre-débat « Vers une économie et des territoires durables et désirables »”

  1. C’est un débat potentiellement interessant.
    Je découvre toutefois que Viviez est excentré par raport à l’Aveyron mais que Graulhet dans le Tarn serait donc plus central parce qu’il y a Trifyl. J’ai du rater un cours de géographie.
    Faut il faire la meme chose qu’à Loos en Gohelle et à Bordeaux, c’est à dire mettre les déchets dans des méga incinérateurs ? je ne pensais pas que c’était la position de EELV dont les députés ont voté la loi de ségolène Royal sur la transition énergétique !

  2. En réponse à alleaume, je préciserai qu’il faut regarder le bilan global en termes écologiques et financiers de la mutualisation du traitement des déchets de l’Aveyron et du Tarn par Trifyl. Et ce bilan est plutôt favorable en matière d’écologie malgré des transports légèrement supérieur, mais également financier cat il fait économiser près de 600 000 euros aux contribuables aveyronnais. Je rajouterai que la part de déchets valorisés dans le Tarn est très largement supérieure à ce qui est prévu par le projet privé Solena. J’en profite pour dire que le projet Trifyl est un projet public géré par une SEM.
    La compétence des déchets de Loss-en-Gohelle est à la charge de la Communauté d’Agglomération de Lens-Liévin et ceux de Bordeaux sont à la charge de Bordeaux Métropole.
    Le Conseil Fédéral d’EELV a voté une motion en décembre 2016 préconisant le zéro déchet pour une alternative à l’incinération : http://eelv.fr/pour-le-zero-dechet-comme-alternative-a-lincineration/
    Concernant les déchets générés par Darwin à Bordeaux, 80% sont recyclés et ce n’est qu’un début : http://darwin.camp/wp-content/themes/darwin-camp/img/Darwin%202016.pdf
    Pour finir avec Viviez, pensez-vous qu’il soit raisonnable de placer un centre de traitement et de stockage de déchets à 300 mètres d’un bourg-centre et à 200 mètres de zones d’activités dont une accueille une entreprise classée Seveso seuil bas ? Pensez-vous normal que ce projet, refusé en plein Lévezou ou la densité de population n’est que de 11 habitants au Km2, soit implanté sur Viviez ou la densité est de 180 habitants au Km2 ? Viviez qui subit depuis 160 ans les pollutions diverses des activités industrielles locales ! Sommes-nous des citoyens de seconde zone comptant moins que les vaches et les moutons du Lévezou ? La conclusion de l’étude Cassiopée d’octobre 2008 (p 161) indique une  » surimpression marquée au cadmium de la population des adultes “non exposée professionnellement“ de Viviez comparativement à une population non-exposée ou à la population générale française… viviezoise… « .
    Faut-il encore rajouter de la pollution à la pollution, des maladies aux maladies ?
    Les gens du Bassin disent Non ! Et ils réfléchissent à des alternatives : https://www.facebook.com/nonauprojetsolena/
    D’où cette première rencontre-débat qui sera suivie d’une autre le 20 mai avec l’association Zéro Waste France : https://www.zerowastefrance.org/fr

  3. vos remarques concernant le site de VIVIEZ sont intéressantes et méritent l’attention.
    En revanche je ne comprend pas comment vous pouvez chiffrer le surcoût d’une solution par rapport à une autre ( SOLENA vs TRIFYL) alors qu’aucune de ces installations n’existe !
    J’ajoute que les propres études de TRIFYL disponibles sur le net (études GIRUS) ne conduisent pas du tout à cela. Le Président de TRIFYL, dans des articles récents (décembre 2016), ne semble d’ailleurs pas du tout confirmer les chiffres annoncés à la cantonade en novembre 2015 !
    J’imagine que vous avez pris conscience que ses chiffres de novembre 2015 étaient « politiques »!

  4. Les chiffres du surcout de la solution Solena par rapport à Trifyl viennent d’un audit du SYDOM Aveyron. Ce surcout est plusieurs fois fait référence dans la réunion du comité syndical du SYDOM du 23 mars 2016 que vous pouvez trouver sur ce lien : http://www.sydom-aveyron.com/files/pmedia/public/r808_9_20160323_crcs.pdf
    Les estimations de valorisation des déchets dans leTarn nous ont été données lors de notre déplacement sur le site à Labessière-Candeil le 25 novembre 2016.

  5. L' »audit » du SYDOM aveyron est bidon ! Les chiffres repris pour TRIFYL ne sont que des promesses électorales de jm PASTOR faites en novembre 2015 devant les élus aveyronnais qui sont contredits par ses PROPRES études ( lisez les !) et par la REALITE !
    C’est la position favorable, par principe et pour …. ? » , à TRIFYL du président COURONNE qui a peut être conduit à ce bidonnage !
    Citez moi une collectivité en France où l’on valorise les ordures ménagères résiduelles à 80% et pour 80 € par tonne TGAP comprise !
    Bref soyez sérieux !!!!

Remonter